Je cultive des dahlias et d’autres fleurs à couper dans le jardin d’une orangerie du XVIIe siècle aux portes de l’Île-de-France. 

J’ai été contaminé par la fièvre du dahlia en seulement une saison. Très peu d’autres plantes me donnent autant de satisfaction. 

Ce qui me fascine le plus avec cette plante, c’est la multitude de formes, de tailles et de couleurs de la fleur, mais aussi la diversité des feuillages.

Un tubercule planté après les dernières gelées du printemps, donne en l’espace de 2 à 3 mois, une avalanche de fleurs et cela jusqu’aux premières gelées de l’automne. Plus besoin d’attendre plusieurs années, une culture simple suffit pour une profusion totale de fleurs.

Aujourd’hui, ma collection dépasse les 100 variétés et j’ai choisi de vous présenter sur gaspardatable.com, une sélection exclusive de dahlias avec comme caractéristique commune de produire une grande quantité de fleurs, généralement portées sur de longues tiges. 

Ce sont aussi d’excellentes plantes de jardin, vigoureuses et de bonne tenue avec diverses formes et tailles de fleurs pour des utilisations à votre goût.

Edoardo Grassi, fondateur de gaspardatable

Nombreux sont les souvenirs dans le jardin à l’anglaise de ma grande-mère en haut des collines de Florence où je m’attardais à planter des rosiers et des iris dans la terre caillouteuse de cette région.

Je me considère très chanceux d’être né en Toscane, non seulement parce que j’ai vécu dans un un décor envié par nombreux, mais aussi parce que j’ai été imprégné dans une ambiance autour du jardinage et de la culture de fleurs. 

Les pots en terre cuite d’Impruneta, les bassines en zinc, les objets d’antan récupérés pour décorer le jardin, représentent des souvenirs et constituent aujourd’hui le goût et le style unique de gaspardatable.

Je n’avais pas l’habitude de cultiver des dahlias car la terre dans cette région de Toscane n’est pas propice au bon développement de cette plante. Au cours de mes séjours en Grande-Bretagne, les jardins des Britanniques et leur manière de sublimer le dahlia m’ont fasciné. Depuis quelques années que je me sui lancé dans la culture de cette plante aux mille facettes.

Appréciant tout autant les beaux jardins fleuris que les intérieurs de charme, le dahlia m’est apparu comme une plante idéale pour prolonger le plaisir des sens d’un espace à l’autre. Les utiliser pour décorer la maison m’offre la possibilité d’en faire profiter mes invités et ma famille quand on ne peut pas faire le tour du jardin. Je joue avec les teintes et les formes des fleurs pour les assortir à mon humeur, à tel ou tel vase, ainsi qu’à l’atmosphère de la pièce. C’est très gratifiant et c’est pour cette raison que j’ai commencé à en cultiver dans mon jardin.

Mon petit plaisir personnel est de déployer une quantité de bouquets disséminés dans différentes pièces de la maison. Chacun de mes bouquets est unique avec des variétés différentes, que l’on ne retrouve pas dans le commerce ou chez les fleuristes. 

Être soi-même et être différent, deux choix qui peuvent s’épanouir avec le dahlia.

Et Gaspard…

Je ne peux pas achever cette histoire sans présenter mon fidèle assistant personnel, Gaspard. Je lui dois beaucoup. Il m’épaule et me suit dans les travaux du jardin depuis 8 ans avec une patience remarquable, ce qui me pousse parfois à lui tenir tête dans les moments de travail plus difficiles surtout pendant la période hivernale. Nos humeurs et nos vies, autour de la maison et des fleurs. Gaspard est mon chien…

Retour haut de page